Lutte contre l’AMBROISIE

16 juillet 2018

Arrêté du Préfet de la Moselle sur la destruction de l’Ambroisie.

 

Afin de lutter contre la prolifération de l’ambroisie, et de réduire l’exposition de la population à son pollen, les propriétaires, locataires, exploitants, gestionnaires de terrains bâtis et non bâtis, ayants droit ou occupants à quelque titre que ce soit sont tenus :

  • de prévenir le déplacement des graines d’ambroisie (déplacement de terres infestées, dissémination par les engins agricoles, de chantier, etc.),

  • de mener des actions visant à empêcher la pousse de plants d’ambroisie,

  • de détruire sans délai les plants d’ambroisie déjà développés, et dans les conditions définies par le présent arrêté.

L’obligation de lutte définie à l’article 2 est applicable sur toutes surfaces y compris les domaines publics de l’Etat et des collectivités territoriales, les ouvrages linéaires tels que les voies de communication, les terrains des entreprises (terres agricoles, carrières) et les propriétés de particuliers.

L’élimination non-chimique de l’ambroisie doit être le mode d’action privilégié. Il peut s’agir entre autres : de la végétalisation, de l’arrachage, du broyage ou de la tonte répétée, du désherbage thermique.

En cas de nécessité absolue de lutte chimique, les produits utilisés devront être homologués et mis en œuvre en respectant les dispositions réglementaires relatives à l’achat, la détention et l’application des produits phytopharmaceutiques et les spécificités du contexte local.

Le recours aux produits phytopharmaceutiques comme moyen de lutte contre l’ambroisie est interdit dans les périmètres de protection immédiate et rapprochée des captages d’eau destinée à la consommation humaine, en bordure de cours d’eau selon les dispositions réglementaires des Zones Non Traitées (ZNT) propre à chaque produits phytopharmaceutiques, et à proximité des établissements accueillant des enfants, adolescents ou personnes vulnérables selon les dispositions prévues par arrêté préfectoral dans le département.

Sur les parcelles agricoles, la destruction de l’ambroisie doit être réalisée par l’exploitant jusqu’en limites de parcelle (y compris talus, fossés, chemins, etc.). Il devra mettre en œuvre, à cette fin, les moyens nécessaires parmi les suivants : arrachage, fauche, broyage, travail du sol, désherbage chimique dans les conditions de l’article 4, ou toute autre méthode adaptée.

Les gestionnaires d’espaces publics sont tenus de sensibiliser leurs personnels et les entreprises travaillant pour eux (au travers des marchés publics), d’inventorier les lieux de développement de l’ambroisie, d’élaborer un plan de lutte et de mener des actions préventives comme la végétalisation des surfaces nues ou le maintien de la végétation en place. Un arrachage manuel après repérage de l’ambroisie et avant pollinisation sera réalisé si les surfaces contaminées sont restreintes.

La prévention de la prolifération de l’ambroisie et son élimination sur toutes terres rapportées, sur tous sols remués lors de chantiers publics et privés de travaux, est de la responsabilité du maître d’ouvrage, pendant et après travaux.

L’élimination des plants d’ambroisie doit se faire dans les conditions définies à l’article 2, avant la pollinisation pour éviter les émissions de pollen, et impérativement avant le début de la grenaison afin d’empêcher la constitution de stocks de graines dans les sols.

Il est admis que la levée et la croissance de l’ambroisie a lieu d’avril à juin pour l’ambroisie à feuilles d’armoise et l’ambroisie trifide, et dès février pour l’ambroisie à épis lisses.

La pollinisation a lieu d’août à octobre pour l’ambroisie à feuilles d’armoise,

de fin juillet à octobre pour l’ambroisie trifide,

et de juin à octobre pour l’ambroisie à épis lisses.

Enfin, les fleurs fécondées d’ambroisie à feuilles d’armoise et d’ambroisie trifide produisent des graines au mois d’octobre.

La multiplication de l’ambroisie à épis lisses se fait quant à elle principalement par voie végétative à partir des racines qui s’étendent latéralement et donnent naissance à des drageons (pousses issues de la racine). Les périodes de pollinisation et de grenaison détaillées ci-dessus sont reprises dans le tableau en annexe du présent arrêté.

Pour l’arrachage, il est préconisé le port de protections adaptées si celui-ci a lieu durant la phase de pollinisation ou en cas d’allergie connue ou suspectée.

En cas de repousse d’ambroisie, d’autres interventions sont obligatoires pour empêcher une nouvelle floraison et par conséquent la grenaison.

Concernant l’élimination des déchets verts, et notamment le brûlage à l’air libre il conviendra de respecter les articles 10,13 et 14 de l’arrêté préfectoral 2016-DDT/SABE/NPN n°48 du 22 juillet 2016 à savoir que ce brûlage à l’air libre ne pourra intervenir qu’après autorisation expresse du préfet et sous réser ve du respect de certaines dispositions.